Notre magasin store Nous joindre au 02 41 70 30 69

L’histoire

Une histoire démarrée en 1924.

Tout a commencé dans les années vingt, peu après la grande tourmente de 14-18, lorsque la France se relevait de la terrible guerre et que chacun savourait la paix retrouvée. La Romagne est une vieille bourgade du choletais, sur la route qui va de Cholet à Saint-Jean-de-Monts. Un bourg presque millénaire, dont on retrouve des traces jusqu’en 1100, dans les vieux cartulaires qui font mention d’«Ecclesia Romani» (1132).

Gaston LOIZEAU, le menuisier.

C’est tout près de là, à la Verrie, que Gaston LOIZEAU est né en même temps que le siècle tout neuf. Il avait appris son métier de menuisier dans son pays natal et à Saint-Christophe du Bois. Puis, après la grande guerre, il était allé à Reims, pour travailler dans cette région meurtrie qui avait tant besoin d’être reconstruite.

Revenu au pays, il avait saisi l’opportunité de s’établir à son compte. Un menuisier venait de s’éteindre, jamais remis de ses blessures de guerre. On était en 1924 et le travail ne manquait pas.

C’est donc au numéro 14 de la rue Nationale qu’il ouvrit son premier atelier. Parmi les copeaux volant sous son rabot, dans l’arôme des essences fraîches, Gaston le menuisier ajustait armoires, huches, lits et buffets.

Les armoires, il les bâtissait larges et profondes, afin qu’elles contiennent aisément le linge propre qui fleure bon la lessive parfumée.

Les buffets, il les voulait pansus, de sorte que derrière leurs portes massives s’alignent les plats, la verrerie, les pots de confiture et les provisions des ménages.

Les tables, il les construisait massives, car il fallait supporter gaillardement la soupière fumante, le pain de six livres et se parer aux jours de fêtes du service fleuri et abondamment brodé.

 

Dans les premières années de son activité, Gaston Loizeau travaille pour les gens de son pays. Aidé d’un ouvrier, il équipe en mobilier les jeunes mariés, mais sa renommée ne tarde pas à dépasser les limites de la commune et c’est bientôt de tout le canton que la clientèle va affluer. Le petit atelier du numéro 14 de la rue Nationale devient vite étroit et c’est parfois sur le trottoir qu’on sort les tréteaux et qu’on assemble des meubles.

Et puis la demande devient de plus en plus forte. Devant le savoir-faire de l’artisan, la clientèle réclame des meubles aux styles de plus en plus précis et élaborés. Le temps est venu de s’équiper afin de répondre à cette demande grandissante. En 1927, l’atelier Loizeau s’enrichit de ses premières machines mécaniques qui lui permettent d’augmenter sensiblement la production et la qualité.

Au sortir de la seconde guerre mondiale, le travail afflue de plus en plus et Gaston Loizeau se décide à faire construire un local plus moderne et plus fonctionnel au 44 de la rue Nationale. Déjà, ses deux fils Gaston et Bernard sont en âge de travailler et avec deux ouvriers, le rythme de la fabrication s’amplifie, permettant la création d’un magasin d’exposition.

Dès 1949, les Meubles Loizeau sont présents à la Foire-Exposition de Cholet, puis, à partir de 1953, à la Foire de Nantes, ce qui permet de développer la clientèle au-delà des environs immédiats de La Romagne. L’entreprise acquiert alors une dimension régionale qui ne cessera de croître par la suite.

Cet essor permettra l’embauche de huit ébénistes qui mettront leur savoir-faire aux exigences de la clientèle.

Le créateur, Gaston Loizeau, prendra une retraite bien méritée en 1968 et c’est son fils Bernard qui lui succédera transformant l’entreprise en S.A.R.L. et y opérant les transformations qui porteront à 5000 m² couverts, (dont 1500 m² d’exposition) les locaux d’exploitation.

De plus en plus, l’activité s’est orientée vers les meubles de style de haute qualité et le rayonnement n’a cessé de croître. Ces premiers soixante-dix ans d’activité de l’entreprise ont été soixante-dix ans de croissance, ce qui est une performance et un gage de sérieux et de qualité.

En 1993, c’est au tour de Yannick Loizeau, venu rejoindre son père, de prendre les rênes de l’entreprise.  Il représente la troisième génération au service du bois, matière noble, et des meubles, « objets inanimés » qui ont sans doute une âme. Yannick est un menuisier ébéniste, tout comme l’était son grand-père Gaston.

S’il a grandi en face du magasin, c’est avant tout un homme d’atelier. Il met tout son cœur à offrir à la clientèle une offre adaptée à chacun de leurs besoins. Entre 2008 et 2017, l’industrie du meuble perdra 1/3 de ses effectifs et les Meubles LOIZEAU traversent cette période sans perdre le fil de ce qu’ils ont su faire durant bientôt un siècle. Le client reste avant tout un particulier qui vient chercher un savoir-faire garant d’une qualité qui est en train de disparaître.

Il est temps de trouver des hommes capables de pérenniser l’entreprise dans un monde qui va très vite. La famille LOIZEAU décide donc de vendre la société à trois entrepreneurs choletais, qui sont convaincus que les valeurs véhiculées par Les Meubles LOIZEAU correspondent à une demande très actuels.

Thierry BOUSSION, Jean-François PIED et Luc FERRAND, amis depuis l’enfance, décident à mi carrière, de mettre leurs économies, leur énergie et leur savoir au service de la relance de cette pépite, qui comme tant d’autres, issues du génie français, mérite qu’on s’y investisse encore et toujours.

Hommes de leur temps, ils vont donc se concentrer à faire savoir le savoir-faire des Meubles LOIZEAU. C’est Luc FERRAND qui prend les rênes de l’entreprise le 4 juillet 2017. Yannick LOIZEAU avait constitué autour de lui une équipe d’experts, Luc se chargera de la promouvoir auprès de plus grand nombre.

Pour vous accueillir dans le magasin, Bénédicte, la sœur de Yannick, dernier dirigeant LOIZEAU en fonction, augmente son temps de présence dans le magasin. Elle est pour la clientèle la garante du respect des valeurs de sa famille dans l’entreprise.

Dans le profond respect et la continuité de ce qu’a construit la Famille Loizeau, notre équipe place la qualité de l’accueil, la maîtrise et la transmission du savoir-faire au cœur de nos enjeux au quotidien.

2017 - Meubles loizeau